Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 22:58

http://radio-r2r.fr/wp-content/uploads/Shovel_Knight_Logo.jpg

 

Amoureux de plates-formes et nostalgiques de l'ère 8 bits, préparez-vous à un voyage surprenant où vous ne pourrez compter que sur votre courage, votre précision, vos réflexes et, surtout, votre pelle ! Le titre sublime tout ce qu'il touche tant pour les phases de plates-formes, machiavélique et ardus au possible pour la récupération des bonus et autres secrets (qui sont bien nombreux) qu’avec ses mécaniques de gameplay qui vous feront remémorer vos plus beaux souvenirs pixélisés.

 


http://levelsave.com/wp-content/uploads/2014/06/shovel-knight-world-map.jpgPour commencer notre insurrection dans le monde de Shovel Knight, il faut tout d’abord citer sa map : à la manière d’un Super Mario Bros. 3, vous pourrez sélectionner votre niveau à mesure que vous progresserez dans la réussite des niveaux. Divers chemins s’ouvriront alors à vous menant soit à des zones dites « safe » où vous pourrez acheter des équipements, upgrader votre armures/vie/magie ou encore faire le point de potion. Toujours à l’image du titre du plombier moustachu, des zones bonus apparaitront. Non obligatoires, ses zones mettront votre technique (et vos nerfs) à rudes épreuves avec des plates-formes plus tordues que jamais et des ennemis en veux-tu en voilà qui ne vous laisseront pas une once de tranquillité. La contrepartie de ce pic intense de difficulté est que vous gagnerez alors de sacrés trésors pour faire vos emplettes puisque dans Shovel Knight, tout se paie avec les diamants que vous récupérerez sur votre chemin. Vous voulez une armure plus résistante, il faudra donner de votre bourse ! Dernier point concernant cette carte et non des moindres, des petits événements aléatoires représentés par des ennemis viendront par moment poper sur votre carte engendrant de rudes combats avec à la clé une fois encore, un beau butin.

 

http://indius.org/wp-content/uploads/2014/08/Indius-shovelknight-test-01.pngLà où le studio fait fort, c’est qu’il arrive à faire en sorte que, à la manière de l’excellent Super Meat Boy, la mort ne soit pas forcément des plus frustrante puisque le game over n'existe tout simplement pas : vous serez « seulement » pénalisé au fur et à mesure de vos défaites dans le niveau par l'allègement inexorable de votre butin que vous pourrez récupérer, en revenant à l’endroit de votre trépas, à la manière des âmes d'un Demon's/Dark Souls, après être réapparu au dernier checkpoint passé. A noter que pour l'amour du skill et du beau score, il est possible de détruire les checkpoints afin de gagner encore plus de bonus. Bien entendu, la contrepartie de cette hardiesse incroyable et que vous n’aurez  aucunement la possibilité de recommencer au dit checkpoint. Et autant dire que, vu la longueur des niveaux, la destruction de ces zones de respawn providentielles nécessite de votre part une assurance sans faille, en ayant déjà fait le niveau auparavant, au risque de vous retrouver à refaire entièrement le niveau tant le risque de rester bloquer face à une zone ardue est grand dans le cas où il s’agirait de votre premier run. A noter enfin que chaque fin de niveau se concluera par une bataille sanguinaire face à un boss à la manière d'un Megaman. 

 

Enfin, l’intégralité du jeu est bercée par une BO chip tune tout simplement excellente qu'on aime à réécouter par la suite et qui, comble du bonheur, est disponile en écoute et téléchargement intégral, illimité, gratuit et légal par ici : http://virt.bandcamp.com/album/shovel-knight-original-soundtrack. Un essai réussi de mains de maitre en somme par les petits gars de Yacht Club Games dont on espère avoir très prochainement des nouvelles. 

 

http://scranton.mylittlefacewhen.com/media/f/img/mlfw5719-18953.jpg

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 16:32

Au détour d'un tweet je tombe sur ce petit lien des plus inquiétant. En effet, Sony aurait changé les conditions d'utilisations liées à la PS4 avec la revente de jeux qui ne serait peut être plus d'actualité.

Pour plus d'info : http://www.maxconsole.com/maxcon_forums/threads/268735-Sony-updates-its-PlayStation-4-Software-Usage-Terms?p=1466807 

 

Ayant préco ma console depuis un bon moment j'hésite maintenant à retourner ma veste tant ce coup bas vicieux m'exaspère. Simple erreur ou réelles restrictions avenir, après tout ce tapage j'avoue être bien inquiet...

 

http://www.journaldugamer.com/files/2013/09/xbox_one_vs_ps4.jpg

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 11:02

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRjAs78ftPmsQn8D1eW_flpk5vkal-Gw_Vnu72Z6nxBCczXCXgslQCreatl créa le monde mais Kaotl, dieu de la destruction ne voyait bien évidemment pas les choses de la même façon et décida de semer le chaos (bah oui, c’est un peu son job) en dérobant le cœur de Creatl. Mais Potzol, fidèle serviteur de Creatl décida d’intervenir afin d’arrêter le malin. Cette intervention se finit malheureusement par un cuisant échec face au dieu invincible qui brise alors le monde des esprits en 3 terres différentes achevant par la même occasion les dieux présents.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQdnhSQrf8YDQzy72ksK8nJ-OILnDqawRwiR5QVAm5rVLBS-OloUne fois l’affaire finie, ce dernier pris la poudre d’escampette laissant le monde des esprits sombrer dans le chaos. Des années plus tard, votre personnage, un gardien répondant au nom de roi Orca, se voit réveiller par Potzol afin d’aller récupérer le cœur de Creatl. Autant dire que pour puzzle game, on a le droit à un sacré scénario qui nous fait une bien belle introduction !

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTNqdFm0S6QMtAkmuBpDWVwt6qGjW8pYg0oIoCMMLU8Dtw_3JPCOn se retrouve alors à parcourir les autels de Creatl à la recherche de cœurs (appelés bocages) placés ça et là dans les découpages des murs dont les surfaces sont numérotés, tout cela restant dans le but de sauver le monde. Avant toute chose, on a le droit à un petit niveau nous inculquant les quelques bases du gameplay. En effet, il faut faire pivoter son gardien afin que son ombre coïncide avec la forme affichée sur le mur de l’autel. Pour cela, les touches X (pivoter vers le bas), R, A (pivoter vers la gauche), B (pivoter vers le haut) et Y (pivoter vers la droite) sont mises à contribution afin de pivoter dans la direction souhaitée. La touche L permet de donner un grand coup d’accélération. Pour ceux qui s’inquiétaient de l’utilisation du stick, sachez qu’il est utilisé pour déplacer son gardien. C’est en ces quelques lignes que l’on peut résumer les bases du gameplay de SpeedThru: Potzol's Puzzle.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRRuPTehUpWJarR-NIhmZtN23fN1k-BaJgFMFkhRtDsNhdu6OW4La fin d’un niveau se solde par le total de cœurs que l’on a réussi à récupérer et rapportera une pièce si l’on bat le record (de temps ou de cœur). Ces petites choses vous permettront alors de débloquer d’autres niveaux inaccessibles tant que le nombre de pièces indiquées n’a pas été récupéré le nombre. La progression dans les niveaux permettra de réaliser des combos en récupérant des cœurs à chaque partie d’autel et un perfect vous vaudra un combo max. Couplé à un figure max réalisé en reproduisant complètement les figures via son ombre le plus rapidement possible, on a ainsi le droit à des pièces en or. Dans le cas où aucun max n’est obtenu, on se retrouve avec une pièce en bronze. Enfin, en réalisant un seul max, on obtient une pièce en argent. A noter que si par malheur on se cogne à un mur ou que le temps imparti est écoulé, c’est Game Over ! Autant dire que les amateurs de scoring et de challenge seront aux anges. Enfin, avant le début de chaque niveau, il est possible de s’adonner à un entrainement en pressant simultanément les touches A et B afin de se remettre un peu dans le bain.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQoEi7jRl1kOOkpidoOVa525SHoxaaqV5WMeaTD2H8JD-UWHby4En parallèle des mondes à traverser on trouve de nombreux autres modes :

- des murs de la sagacité : Ici, il n'est plus question de déplacer son personnage mais de réaliser les formes indiquées en un minimum de coup. En effet, un compteur de pivotement est indiqué et il ne faut pas le dépasser ;

- des tours dont le concept consiste à atteindre le dernier étage le plus vite possible sachant que, si l'on est trop lent, c'est le Game Over là aussi. Autant dire que sur une tour de 100 étages, cela est assez violent ! En outre, de la vitesse à laquelle on traverse cette fameuse tour dépend la pièce obtenue (or, argent, bronze) ;

- des ruines où il faudra faire le plein de cœurs ;

- d'autres où il faudra rapidement refaire toutes les formes des murs en déplaçant son personnage et en le faisant changer de forme afin de ne pas se prendre le mur et de pouvoir progresser dans le niveau ;

- des ruines de vélocité où il faudra aller le plus vite possible à travers les nombreux obstacles au bout du niveau à l'aide de petites ailes qui boostent la vitesse ; etc...

- Bien entendu, la difficulté s’accentuera de plus en plus à mesure que l’on progresse dans les niveaux. Cela se caractérisera par une vitesse accrue, l’ajout d’obstacle au milieu de la progression, le nombre de formes dans le mur de plus en plus important, la présence d’un chronomètre pour réussir dans un temps limité, etc…

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSXeI0n1gdedKNYadaBI4DrG5fL1_ndoOtQLOS8bwfBjXxqviFltAVous l’aurez compris, SpeedThru: Potzol's Puzzle est donc un jeu extrêmement exigent où vos réflexes et la vivacité de votre réflexion seront mis à rude épreuve afin de progresser. La recherche des pièces en or accentuera d’autant plus le défi. En effet, les défis ne seront pas à la portée de tous et les joueurs occasionnels risquent de très vite faire l’impasse sur ces derniers au profit de la progression principale, plus accessible et moins stressante.


http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSs-NLmP0F7AAKvEbpM9Xv8NoahVOx0JDuBUxKa_MTLs1yGc2-h-wD’autant plus qu’au fur et à mesure de ce périple, on se retrouve à incarner de nouveaux rois à chaque nouvelle terre. Et qui dit nouveau roi dit nouvelle forme ! On se retrouve ainsi avec un minimum de 3 formes différentes à réapprendre à manipuler au fil de l’aventure via des murs d’initiation présents en début de monde. C’est bien entendu sans compter sur les quêtes annexes qui vous permettent elles aussi d’incarner d’autres formes diverses qui ne manqueront pas de pimenter un peu plus le challenge.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRntAjFPgoNoCZcRZCyFj4raH4xFyAh78qIXUtSaHiPBCaR2OIYLe gameplay du titre est donc des plus riche amène un véritable vent de fraîcheur dans le monde du puzzle game à l’image de ce qu’avait pu faire Pullblox pendant les fêtes de fin d’année 2011. Concernant les musiques et bruitages du titre, elles savent se faire discrètes et collent particulièrement bien à l’ambiance aztèque omniprésente dans le jeu.

Cette ambiance est en effet particulièrement ressentie à travers la direction artistique SpeedThru: Potzol's Puzzle. Entre les très sympathiques frises comptant l’histoire, les ruines mystérieuses avec leurs pièges maléfiques et les personnages aux formes d’idoles aztèques, on est servi ! Le tout est desservi par une 3D très agréable à l’œil qui donne la sensation d’être happé à travers les ruines et n’entache en rien la fluidité du titre qui sait se montrer particulièrement rapide.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcR2iLTj8Ms0-8cinigU0ap36ATKf5WN1AmBjvZkPDA3CgkAmPncEnfin, il est important de noter que la durée de vie n’est pas en reste ! En effet, il vous faudra au grand minimum 6 heures pour faire l’aventure en ligne droite. Ajouter à cela les quêtes annexes et la course aux médailles d’or et il est très facile de doubler voire tripler cette durée de vie amenant celle-ci à 18h ! Dans le cas où l’on ne se sentirait pas capable de relever ces multiples défis, il est en effet possible de jouer à 2 joueurs ! Ce mode est disponible sur une seule et même console ou en local avec une seconde console et un second jeu. Il permet de réaliser des défis au sein de tours en choisissant l’un des personnages que l’on a déjà employé précédemment sachant que ce personnage sera valable pour les deux joueurs. Quant à la question « comment est-il possible d’avoir 2 joueurs sur une même console ? » et bien la réponse est très simple : le joueur à gauche de l’écran dispose de toutes les touches à gauche de la console pour faire pivoter son personnage tandis que le joueur de droite fait pivoter le sien avec les touches de droites. A noter qu’il n’est pas nécessaire de mouvoir son idole, il doit simplement être pivoté.

 

Verdict : 18/20

 

SpeedThru: Potzol's Puzzle est une véritable perle de l’eShop que tout amateur de puzzle digne de ce nom se doit de posséder. Avec son gameplay rafraichissant et ingénieux, sa durée de vie colossale, sa rejouabilité importante, ses modes multiples et son challenge qui saura satisfaire tant le hardcore gamer que le joueur occasionnel, SpeedThru: Potzol's Puzzle s’impose comme une nouvelle référence dans le petit monde du puzzle game. Proposé à un prix de seulement 6€, il fera la joie de tous. Décidément, ça ne coute pas cher de bien jouer à de bons titres avec l’eShop !

 

 

Les plus :

Les moins :

* Gameplay aux petits oignons

* L'univers aztéque peut être ?

* De bonnes sensations de jeu

* Pas de score en ligne

* A deux sur une console

 

* Durée de vie colossale


* Seulement 6€ !


* Du challenge en veux tu en voilà


* Un effort de scénario appréciable


* Accessible et ingénieux


* Difficulté progressive


 

   Test également publié sur Nintendo Town. 

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 14:27

Gargoyle’s Quest

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSSHpbGf34FZ07nempxhXlypKMO5N5umwt5B_rcysl1YQfb-JV3Il était une fois, dans un lointain passé, un démon plus féroce que les autres qui était bien décidé à mettre main basse sur le royaume des démons. Dans ce chaos le plus total, seul un être sera capable de bouter hors de la terre des goules le malin. C’est en ces quelques lignes qu’on pourrait résumer le pitch de Gargoyle’s Quest, un titre sorti sur Game Boy en 1990 qui n’est ni plus ni moins qu’un spin off des séries Ghosts’n Goblins et Gouls’n Ghosts.

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRf9HvQdnBUixxdfHT_uxeQh1lkbBlRrIEuSOjY8OK7t6GbN9lpzQOn se retrouve ainsi à contrôler le fameux Firebrand, une gargouille gardienne du portail dimensionnel qui relie notre monde à celui des goules. Quelle ne fut pas la surprise de ce dernier lorsque l’un de ses congénères vint lui sonner l’alerte de cette invasion complètement inattendue, le sommant d’aller sauver le monde. Notre héros est en effet la seule créature du royaume qui en est capable de par son statut d’héritier de « Flamme Rouge », son ancêtre qui, quelques années plus tôt, avait déjà mis à mal l’ennemi.

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRqojh5rLaG83XWCsKxOoJkT1-nD0Y7mBNr9wf8vX6M1zWclhnt2wPassé cette séquence émotion, Firebrand se lance corps et âme dans sa quête épique. Ce qui marque dès les premiers instants de jeu, c’est bien évidemment le fait de se retrouver dans une ville où divers démons font bien tranquillement leurs vies, craignant pour celle-ci du fait de la récente invasion. On progresse alors en vue de dessus à la manière d’un Final Fantasy 2D afin d’interagir avec le décor et les personnages.  Pour cela, une pression sur la touche A sera nécessaire et un menu apparaitra avec au choix « parler », « chercher », « statut », etc…  De la maison au château en passant par le sanctuaire, voici à peu prêt les 3 composantes récurrentes des villes que l’on est amené à traverser. Ces éléments sont d’ailleurs vitaux pour la progression étant donné qu’ils ont chacun leur mission propre : la maison où l’on trouve un vendeur qui échange des « vials » contre des vies, le sanctuaire où l’on doit aller impérativement afin d’avoir un code à mémoriser qui fait office de sauvegarde et enfin le château où il faut venir en aide au bon roi du coin qui donne par la suite des améliorations en guise de remerciement une fois la tâche accomplie.

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQy30t4b1Kf98JM-9jMB4U7h9jSj0zpXx2fX6AQGSNdQVRzZEXXSorti des villages, on se retrouve propulser sur une grande map qu’il faudra bien évidemment arpenter en long, en large et en travers afin de progresser dans les différents donjons répartis ça et là dans le royaume des gouls. Ceux-ci renferment par ailleurs les artefacts indispensables afin de combler les désirs de nos bons souverains. Mais avant d’en venir à ces sombres lieux, il est bon de s’attarder un peu plus sur cette fameuse map. Cette dernière est en effet truffée d’ennemis plus diaboliques les uns que les autres qui apparaissent de façon complètement aléatoire et engagent une phase de combat en scrolling horizontale à la manière de ce qu’a pu proposer The Legend of Zelda 2 : Link’s Awakening sur NES. On en profite alors pour saluer la richesse du bestiaire et des décors qui se renouvellent tout le long de notre périple sans jamais céder à la faciliter.

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSiZ6m2_Ug_5O9i8dlfRGHooKr54C7AleEKEPPIW6hXBEu2bUkBWACes phases de combats se déroulent d’ailleurs de la même façon que les celles dans les donjons avec le scrolling horizontal qui défile en plus dans ces derniers. Ces donjons, au nombre de 4, apparaitront sur la map sous forme d’un gros bâtiment, plus imposant que le reste, dans lequel il faudra prendre tout son courage pour oser y pénétrer. En effet, une fois à l’intérieur, on se retrouve face à une progression type jeu de plateformes bien tordus où les nerfs sont mis à rudes épreuves. Les pouvoirs de planer pendant une durée limitée et de cracher des projectiles propres à notre gargouille ne seront d’ailleurs pas de trop pour avancer. Ennemis collant et qui réapparaissent dès qu’on n’est plus dans le champ de vision de l’endroit où ils sont repérés, level design remplis de pièges et de passages plus sadiques les uns que les autres, le tout desservi par une ambiance sonore fabuleuse pour l’époque avec une sensation d’oppression constante renforcé par divers bruitages tel que les éclaires. A noter au passage la reprise de certains thèmes mythiques chers à la série Autant dire que le jeu en fait baver tant au joueur qu’à la Game Boy qui se trouve poussée dans ses derniers retranchements tant le jeu est riche en éléments. Ceci vaudra d’ailleurs quelques bugs graphiques en cas de surabondance d’éléments à l’écran. Toujours est-il qu’une fois arrivé au bout du donjon, on se retrouve face à un des démons majeurs venu semer la pagaille dans le doux royaume des goules. Commence alors un combat épique où votre technique sera mise à rude épreuve pour en venir à bout.

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS5iC5w8fHOO_qM1kmkosI_UPXmeyuvvi5X9IyCHpLEQm-mwErsqgUne fois la tâche accomplie via la sacro-sainte récompense que tout amateur de RPG attend, l’upgrade des skills de son personnage ! Au fil des donjons traversés, diverses améliorations viennent renforcer notre Firebrand. Ainsi, il est possible et nécessaire de faire évoluer sa durée de vol, ses types de projectiles et ses points de vie (2 au début de l’aventure). Ses améliorations sont au nombre de 2  par caractéristiques plus une ultime débloquant le vol illimité, le tir salvateur et le point de vie manquant. 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSQ5xMi3Xho8JCro0NkWiriK8E_l6gzYFbkYQaCnXvdN-PCzBIu0QVenir à bout de l’aventure dans son portage 3DS nécessite un peu moins de 4h. Vient alors la question : pourquoi préciser « portage » alors que jusque là cette petite précision n’a pas eu lieu d’être ? Et bien tout simplement parce que, comme précisé précédemment, la difficulté est tout simplement démoniaque, les vies sont limitées et mourir dans un donjon est très fréquent ce qui fait diminuer à grande vitesse le nombre de crédit restant. Dans la version Game Boy, le seul moyen de sauvegarder et d’utiliser le système de code. Ainsi, si les crédits sont à 0, il ne reste plus qu’à reprendre à la dernière sauvegarde qui se trouve… au village ! A vous les joies de recommencer le donjon du début en ayant comme seul bonus vos larmes de désarroi qui viennent parasiter votre vision. La durée de vie originale peut donc être tout simplement gargantuesque et profondément frustrante mais elle se retrouve balayer par la sauvegarde à volonté proposée par la 3DS. Peur d’un passage ardu ? Hop, sauvegarde avant et plus de frayeur, il suffit de recharger en cas d’échec !

 

 

Verdict :  18/20

Autant dire que ce Gargoyle’s Quest aura su marquer son temps et surprend toujours autant ! Les nombreux joueurs traumatisés de l’époque seront donc comblés de retrouver l’un des titres phare de la Game Boy dans ce portage Nintendo 3DS qui enlève une énorme dose de frustration à ceux n’ayant jamais eu le courage ou les nerfs d’aller au bout de l’aventure. Quant aux nouveaux venus, ils seront ravis de découvrir ce savant mélange entre RPG et jeu de plates formes aux graphismes léchés et à l’ambiance toujours aussi unique. Dans les deux cas, ce titre reste une référence dans le domaine du jeu de rôle action. Tant qu’on y est, face au boss de fin choisissez de rejoindre ses rangs, vous aurez une sacré surprise.

 

Les plus :

- L’ambiance sonore excellente

- La richesse des décors

- Le bestiaire conséquent

- Être un méchant et voler !

 

Les moins :

- Les puristes pourraient se plaindre de la sauvegarde 3DS

- Les nouveaux venus pourraient être rebutés par la difficulté

- Je cherche encore.


 

Test également réalisé pour le site Nintendo Town !  

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 21:42

C'est reparti pour un nouvel Humble Bundle où vous payez ce que vous voulez pour avoir les jeux proposés en sachant que l'on peut décider à qui revient notre argent (oeuvre de caritative, développeurs, le site Humble). Au programme cette fois-ci, du tower defense et du puzzle game avec Anomaly, Osmos, EDGE, World of Goo. Et histoire de faire plaisir aux possesseurs de smartphone, le tout est compatible Android (en plus de la compatibilité PC, MAC et Steam) ! Alors n'hésitez pas et foncez !

   http://www.humblebundle.com/  

3_world-of-goo-3.jpg

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 20:46

 

On dirait bien que Nintendo est bien décidé à soigner les choses en ce qui concerne son catalogue de jeux dématérialisés disponibles sur eShop. Après le très ingénieux Pullblox de chez Intelligent System, c'est maintenant au tour du studio WayForward Technologies de nous faire l'honneur avec un Action/Puzzle game des plus séduisant.

 

Pour la petite histoire, Mighty Switch Force se veut la suite spirituel des excellents Mighty Flip Champs et Mighty Milky Way sortis respectivement en 2009 et 2011 sur le DSiWare. Autant dire que les petits gars n'en sont pas à leur premier jet et ce nouveau titre n'a, lors des premières sessions de jeu, pas l'air de déroger à la règle.

 

Dans Mighty Switch Force, vous êtes une représentante de l'ordre chargée de mettre sous les barreaux de vilaines criminelles ayant réalisé de biens sombres méfaits. Un pitch simple, sans fioriture ou quelconques péripéties annexes, pas de réel scénario donc et ce n'est certainement pas ce qui va nous empêcher d'apprécier un titre de ce type.

 

Notre héroïne d'un jour doit alors résoudre divers niveaux appelés "incidents" dans lesquels il faudra appréhender les délinquantes réparties à travers le niveau pour enfin rejoindre son ami robot qui l'emmènera à la prochaine étape. Pour cela, il sera bien évidemment nécessaire de franchir divers obstacles via une capacité à sauter (bouton B) et la possibilité d'utiliser son super pisto-laser (bouton Y). Commandes simples et efficaces, le tir est néanmoins limité dans la direction vers laquelle se tourne le joueur ce qui ampute d'une potentielle possibilité de tirer en diagonale mais ne gène en rien le gameplay.

 

Jusque là, rien de bien nouveau me direz-vous, nous sommes dans un jeu d'action standard. Alors pourquoi Mighty Switch Force ? Pourquoi avoir parlé de Puzzle game ? C'est bien simple : notre héroïne dispose d'une capacité bien pratique qui permet de switcher des blocs répartis ça et là à travers le niveau afin de pouvoir progresser grâce à la simple pression du bouton A ou de la gâchette L/R. La recette est tellement simple et efficace qu'il n'y a même pas de tutoriel pour guider le joueur, les choses se faisant progressivement. Dans un premier niveau on switch pour débloquer le passage tandis que dans le suivant on utilise cette technique pour pouvoir grimper toujours plus haut jusqu'à arriver à l'apparition de propulseur où il faudra switcher une fois devant pour être éjecter dans la direction indiquée. Les niveaux se compliquant de plus en plus avec, par exemple, la nécessité d'utiliser les pauvres petits ennemis qui n'ont rien demandé à personne. Attention néanmoins à ne pas faire n'importe quoi et switcher au moment où l'on se retrouve devant un bloc en dur ce qui conduirait à la perte d'un de nos 3 cœurs octroyés pour le niveau.

 

Parlons en de ces niveaux d'ailleurs puisque la 2D proposée est vraiment très agréable à l'œil tandis que la 3D stéréoscopique permet de mieux s'y retrouver avec les divers plans ce qui produit une sensation très agréable venant égayé les quelques environnements proposés qui ont tendance à se ressembler. Même constat pour les ennemis d'ailleurs qui ne représentent pas le bestiaire le plus étoffé que l'on ait pu voir et ne sont pas très malins non plus. Mais cela vient probablement d'un autre problème un peu plus embêtant...

 

En effet, si jusque là les impressions sont assez bonnes et tendent à dire que l'on est face à un nouvel indispensable eShop qui mériterait lui aussi une sortie en boite, ce n'est pas tout à fait vrai puisqu'un gros point noir vient entacher ce beau tableau. Ce dernier répond au doux nom de durée de vie que l'on peut par ailleurs coupler à celui de contenu car Mighty Switch Force, aussi bon soit-il, est maigre. Très maigre. En effet, pour 6€, on se retrouve avec 16 niveaux largement faisables en moins de 5 minutes chacun nous amenant à une durée de vie ne dépassant pas l'heure en ligne droite. Pour ce qui est de la rejouabilité, il reste la possibilité d'obtenir une étoile à chaque niveau en le faisant dans le temps imparti : de 30 secondes à 1 minutes 30. Mais cela reste malgré tout bien maigre d'autant plus qu'il n'y a aucune possibilité de partage avec ses amis ou de classement mondial : pas de streetpass ni de spotpass donc.

Verdict : 10/20

Qu'il est dur de poser un point final sur ce petit Mighty Switch Force. La mise en bouche des premiers niveaux était tellement exquise que la déception face à la faible durée de vie ne s'en trouve que plus grande. Si seulement les développeurs avaient fait l'effort de proposer un peu plus de contenus, de fonctionnalités ou de challenge. Même un simple classement en ligne aurait pu améliorer un peu les choses... Mais non malheureusement. On en retiendra un bon petit jeu à la mécanique bien huilée mais qui se révèle assez cher à l'heure de jeu.

Les plus : Les moins :
- Concept simple et efficace      - Seulement 16 niveaux
- 2D appréciable - 6€ pour 2h de jeu maximum ?!     
- Facile à prendre en main - Pas de fonction en ligne
- 3D judicieuse - Pas de streetpass
  - Faible rejouabilité
  - Pas très dur
  - Ennemis pas très malins

 

Test également réalisé pour le site Nintendo Town  !  

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 13:10

  Quand Nintendo nous annonce que les petits gars de chez Intelligent System sont en train de bosser dur sur une toute nouvelle licence, une certaine fébrilité née alors dans le cœur des joueurs habitués aux machines de la firme de Kyoto. Après les mythiques Advance Wars, Fire Emblem et Paper Mario, voilà que le studio nous annonce Pullbox, une petite production prévue pour l'eShop de la 3DS à seulement 6 euros

D'abord sceptiques face à ces quelques spécificités, les habitués des tactical et autres RPG du studio découvrent alors un puzzle game des plus simple mais dont la recette se révèle redoutablement efficace ! En effet, le titre repose sur des bases consistants à tirer et pousser des blocs afin d'arriver tout en haut d'une sculpture. Le but ? Sauver quelques pauvres petits êtres innocents piégés par l'un de leur machiavélique compère qui a décidé d'aplatir tous les reliefs. Notre jeune héros rougeâtre en tenue de sumotori n'écoute alors que son grand cœur pour leur venir en aide tout en suivant les conseils avisés d'un ancêtre n'ayant plus les mêmes capacités physiques que dans sa jeunesse.

On se retrouve donc à arpenter divers tableaux aux backgrounds assez sobres et similaires tout en tirant et poussant (via le bouton B) de nombreux blocs dans l'optique d'atteindre notre sacro-saint objectif. La 3D de la console se révèle alors des plus efficace en permettant au joueur de mieux se repérer dans l'espace lorsqu'il gravit les divers niveaux proposés. Afin d'accomplir sa mission, notre héros ne peut compter uniquement sur la force de ses bras et son habilité à faire de petits sauts (avec le bouton A) pour naviguer de bloc en bloc. Les touches L et R sont également mises à contribution pour, dans un premier cas, retourner en arrière dans le temps et, dans un second cas, avoir une vue d'ensemble du niveau. Si cela ne suffit pas et que l'on se trouve un peu perdu, il est toujours possible de remettre le niveau dans son état d'origine en faisant monter notre personnage sur un petit interrupteur.

Bien que les premières minutes de jeux paraîtront déconcertantes de par leur facilité, il ne faudra pas vraiment s'y fier puisque la difficulté monte crescendo par la suite avec des puzzles de plus en plus casse tête à résoudre. Ainsi, on passera de formes géométriques simples à de véritables représentations en pixel art (vous avez parlé de Mario ?). Comme si cela ne suffisait pas, de nouvelles mécaniques de jeu feront leurs apparitions avec notamment la possibilité de tirer tous les blocs de même couleur via un bouton.

Constituée de pas moins de 250 puzzles, l'aventure Pullblox prendra de longues heures de réflexions dépendant essentiellement de la capacité des joueurs à se projeter dans l'espace. Dans sa grande mansuétude, Intelligent Systems  a incorporé un excellent éditeur de niveau qui, en plus d'être très accessible et simple d'utilisation, permet de réaliser de véritable chefs-d'œuvre en pixel. Il sera alors possible de partager ses réalisations avec n'importe qui par la simple présentation du QR code du niveau désiré. La durée de vie s'en retrouve alors gonflée grâce à la créativité des joueurs qui, par défaut, est illimités !

 

 Verdict : 18/20

Avec Pullblox, Nintendo signe l'arrivée du meilleur puzzle game de la Nintendo 3DS. Avec sa réalisation simple mais soignée, son accessibilité, sa générosité et son gameplay redoutable, la dernière production d'Intelligent System vient sans mal chatouiller la qualité de titres plus ambitieux sortis en boîte. Avec son prix très attractif, il se hisse alors comme l'un des must have de la console que tout fan de jeu de réflexion se doit de posséder !

 

Les plus :

- Gameplay simple et efficace
- Pixel art en veux tu en voilà
- Nombreux niveaux
- Éditeur accessible
- Prix mini (6€ !)
- 3D utile au gameplay
- C'est mignon tout plein

Les moins :
- Pas de partage direct sur internet
- L'excessive simplicité du début agaçante

 

Test également réalisé pour le site Nintendo Town  !

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 19:10

Avis aux amateurs de jeux indépendants sur PC, le Humble Indie Bundle revient dans une 4ème édition avec à la clé Grafuitous Space Battles, Cave Story+, Jamestown, Bit. Trip Runner, Super Meat Boy, Shank, NightSky HD !

Pour ce ne connaissant pas le principe, vous payez ce que vous voulez et vous voila avec toute la liste de jeux ci-dessus ! En plus, vous répartissez ce que vous donnez à votre guise entre les développeurs et les associations caritatives alors n'hésitez pas, foncez ! Jouez pour la bonne cause !

 Pour accéder au Humble Indie Bundle : http://www.humblebundle.com/

 

 

 

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 14:30

  Avis aux possesseurs de smartphone Android,
  si vous avez toujours rêvés d'avoir votre propre boite de développement de jeux vidéos alorsGame Dev Story est fait pour vous !
  En effet, cette petite perle nous met dans la peau d'un patron d'un studio de développement qui doit créer des jeux vidéos. C'est un jeu de gestion possédant un tas d'éléments différents que ce soit pour le type de jeu, les jobs, la taille du bureau, les événements, les annonces de nouvelles consoles, etc... Concernant les consoles et les jeux des autres boites il y a énormément de jeux de mots qui vous rappelleront forcément des titres existants dans la réalité.
  En bref, c'est une petite perle que tout possesseur de smartphone fan de jeux vidéos ce doit de posséder !
Grâce à lui j'ai perdu 4h de mes révisions ce matin, merci !

Pour se procurer le jeu : cliquez ici.

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 23:16

Quand un joueur super entrainé décide de jouer le jeu jusqu'au bout, il se donne à fond au risque d'en dérouter plus d'un. En effet, son attaque tournoyante sautée est des plus impressionnante !

 

Quel acrobate ! 

 

Repost 0
Published by Momolink - dans Jeux Vidéo
commenter cet article

Recherche

Catégories